AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Hey mais c'est
Maïween Kerfellec


▌Messages : 23
▌Date d'inscription : 13/03/2011
▌Age : 27
▌Localisation : Aix-En-Provence

Avis de recherche
Age : 20 ans
Lieu d'habitation: Rennes
Points d'expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE   Dim 13 Mar - 14:49


Maïween Alix Kerfellec

Date de naissance : 17 Mars 1991, jour de la saint Patrick.
Situation sentimentale : Seule ou presque.
Race : Humaine
Lieu d'habitation : Rennes

Vous

Avez vous lu les règles? Prouvez nous le avec le code. [Validé par Alyss]
Multicompte ? Non.
Comment avez-vous connu le forum : Il y a un petit moment, sur PRD.
Remarques sur le forum ? Point à changer pour son amélioration ? Hm... j'aime beaucoup la simplicité du forum. C'est ce design épuré qui le rend beau. Et puis son contexte *Bretaaaagne ♥️* . Point à changer ? Rolling Eyes peut-être autoriser les lemons / la violence modérée ( modérée, j'ai dit ) sous balises Hide ( afin que seuls les gens qui postent dans le sujet et les admins puissent en lire le contenu... ) mais sinon, rien de bien particulier ^^




Dernière édition par Maïween Kerfellec le Dim 13 Mar - 17:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Hey mais c'est
Maïween Kerfellec


▌Messages : 23
▌Date d'inscription : 13/03/2011
▌Age : 27
▌Localisation : Aix-En-Provence

Avis de recherche
Age : 20 ans
Lieu d'habitation: Rennes
Points d'expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE   Dim 13 Mar - 14:49





Et elle porte en son coeur,

Toutes les plaies d'un monde qui lui fait si peur...
Votre Personnage
Famille : Dans le genre schéma régulier, ordinaire, banal, ennuyeux, dénué d’intérêt… on ne fait pas mieux, c’est impossible. Deux parents présents et impliqués, encore mariés et ce depuis des années, du genre à ne jamais hausser le ton et à concourir pour le prix de « voisins de l’année », un pavillon dans la banlieue de Rennes, une voiture standard, un chien qui perd ses poils mais qu’on aime quand même, deux enfants virgule un, ou plutôt deux enfants tout court, pas trop gâtés mais quand même un peu, parce que petits prodiges dans une famille aisée oblige, on se doit de pourrir un peu l’essence humaine en appâtant les momes à coup de bonbon et de consoles de jeux. Cinq semaines de vacances par an, dont trois dans un camping du Sud de la France, le même depuis vingt ans, des grands-parents à Quimper, les autres à Paris parce que Madame est de là bas… De quoi ennuyer une adolescente, qui deviendra jeune femme et qui aura envie d’ailleurs ♦ Maïween est l’ainée des deux, elle a vécut pendant 6 ans en tant que fille unique puis on lui a collé Lenaïc dans les pattes, pour son plus grand… non, même pas malheur. Indifférence serait plus juste. Ce n’est pas qu’elle ne l’aime pas, c’est juste qu’ils s’ignorent, ils n'ont rien à faire ensemble, ne se ressemble pas. Il est aussi extraverti qu'elle est taciturne, aussi prompt à faire n'importe quoi pour attirer l'attention qu'elle a tendance à faire exactement l'inverse. Il rentre dans l’âge bête, 14 ans sonnant, il fait suer leurs parents, c’est… Tout cela n’a aucune importance aux yeux de la jeune femme, rien n’en a de toute façon. Elle a toujours été moyenne, elle ne faisait pas de vague, obéissait pour qu’on lui fiche la paix, continue à le faire pour les mêmes raisons. Elle s’entend avec ses parents ou plutôt elle n’est pas en désaccord avec eux. Elle ne leur parle pas, elle ne parle pas beaucoup de toute façon. Elle a une famille sans en avoir, le package totale de la petite vie plan-plan dont elle ne veut pas.

Caractère et Physique : Il y a de l’enfance en Maïween, c’est le moins que l’on puisse dire. Dans ses attitudes, dans son apparence, se manifeste des années volées par l’ennuie, prisent par une vie sans intérêt apparent, par une solitude silencieuse et imposée. Par qui ? Par elle-même, parce qu’elle préférait rêver tranquillement, assise dans un coin calme, plutôt que de courir dans tous les sens en hurlant comme si elle cherchait à s’en détacher les poumons. Les choses n’ont pas réellement changées, derrière cette peau pâle, diaphane même, derrière ses cheveux sombres comme la nuit se cache une personnalité paradoxale, de celles qui choisissent l’isolation mais s’en plaigne. Maïween est difficile. Difficile à cerner, à satisfaire, à comprendre, à suivre, à supporter, difficile à faire parler, difficile à calmer quand elle s’énerve. Maïween est complexe quand elle n’aurait jamais dû l’être, quand elle aurait dû se contenter d’être standard et basique, comme la vie qu’on lui tendait. Brevet, baccalauréat, amis, une ou deux cuites, un petit copain, un cœur brisé, une nouvelle vie à Paris, un week-end sur deux au bercail à manger les petits plats de sa mère… Est-ce-mal que de ne pas s’en satisfaire, que de vouloir autre chose ? Surement, parce que personne ne comprend son amertume, personne ne l’entend, surtout. La jeune femme ressemble a une enfant mais elle n’en a pas la pureté, la naïveté, juste les rêves devenus plus sombre, plus glauque. Quand elle s’approche de la falaise, ce n’est pas pour voler mais bel et bien pour tomber… se vautrer dans un océan de ténèbres. Elle n’est pas suicidaire, juste un peu bornée, elle veut partir mais n’ose pas, elle ne sait pas où aller. Instable mais constante dans sa mélancolie, elle ne se plaint pas, ne veut pas d’aide, pas de pitié. Elle n’en a pas besoin, reliquat de fierté qui l’anime encore. Le problème principal de cette jeune femme est sans doute de ne pas savoir se contenter de ce qu’elle a, de toujours en vouloir plus, d’avoir en elle une ambition qu’elle ne peut assouvir, faute de confiance en elle et qui se transforme en une hargne contre le monde d’une violence rare… Elle a peur de perdre les pédales, cela arrive plus souvent qu’elle ne veut bien l’admettre cependant. Larmes, cris, colères, elle étouffe, suffoque, s’enfonce dans le sol, elle est persuadée de se noyer, de tomber, de ne pas être assez forte, alors elle cogne l’air, se débat comme un beau diable, se redresse et pleure de plus bel, s’arrachant la gorge, comme si elle buvait du sang. Le sien. Maïween ne parle pas aux gens, ou alors pas souvent, elle ne voit pas l’intérêt, puisqu’elle n’est pas comme eux. Maïween est toujours toute seule, elle sait rester parfaitement immobile, elle aime regarder la vie et se dire qu’elle n’en fait pas partie… ça lui donne une certaine arrogance, un peu d’assurance grappillée, un dédain pour le monde, des regards froids et colériques, si sombre qu’on pourrait les croire démoniaques. Maïween ne dort pas beaucoup, elle n’aime pas perdre son temps. C’est l’excuse officielle, elle n’aime surtout pas perdre le contrôle sur son esprit… Elle ne tient pas l’alcool et ne mange pas beaucoup non plus, petite nature… ou presque. Elle ne craint pas le froid, ne tombe pas malade, encaisse sans rien dire, attendant que ça passe, aussi sûr que certains attendent que l’argent tombe du ciel. Maïween c’est une petite fille cassée, une poupée désarticulée, avec un défaut de fabrication. On pourrait croire qu’elle a été abimée de trop d’usage mais en fait, elle est née comme ça et personne ne peut l’expliquer.

Histoire : « Je déteste les Curriculum Vitae. Ca ne devrait pas exister, pas plus que les lettres de motivation. En plus, écrite à la main, c’est encore un moyen de plus pour réduire mes chances d’être prise quelque part. J’écris comme un chat sous LSD armé d’un stylo qui fuit. Je déteste les Curriculum Vitae, ça ne devrait pas exister, c’est inutile, embarrassant, illogique et je ne sais définitivement pas me vendre. C’est bête, pour une fille qui est censée faire une école de commerce, quand même… Que voulez vous savoir ? Qu’avez-vous besoin de savoir, plutôt ? Qui je suis, d’où je viens, ce que j’aime ? Ce n’est pas comme si ça allait vous avancer à grand-chose mais puisque vous y tenez… Je me nomme Maïween Alix Kerfellec. Partant de là, j’ai la Bretagne écrite en gros, gras, italique et souligné sur mon front, c’est plus qu’évident. Mais c’est vaste, vague comme indication, j’imagine que vous en voulez plus… Je suis née à Rennes et j’y ai toujours vécu, si on retire la migration annuelle dans le sud pour passer trois semaines dans un camping si rustique que même les moustiques ne s’y aventurent pas. Mon père est comptable, ma mère infirmière, j’ai un morpion qui me sert de petit frère pour partager la banquette arrière de la voiture avec moi. J’ai vingt ans, le vain an, je n’ai rien fait pour l’instant, rien qui ne soit remarquable, intéressant, notable… Je suis née un jour de Saint Patrick, dix-sept mars et pourtant, je n’ai hérité d’aucune joie de vivre, aucun entrain, rien. Je n’ai absolument rien qui puisse me faire honorer cette date, je suis bretonne, c’est tout, c’est celte comme l’Irlande. J’ai grandit dans un pavillon, il y a des marques avec des années à côté le long de la porte de ma chambre, pour noter mon âge. Je n’aime pas me présenter parce que je me retrouve toujours à raconter des banalités effarantes. Faut dire, si j’avais une vie à raconter, je serais sans doute entrain de la vivre plutôt que de m’attarder sur ce genre de détail, ce genre d’exercice. Toujours est-il que j’ai grandit ou presque pas, j’ai fréquenté les mêmes gens toutes ma vie, école de quartier oblige. Du primaire et des gouters d’anniversaires où l’on ne m’invitait plus, parce qu’à me voir trainer dans un coin, toute seule, on pensait que je m’ennuyais profondément, nous sommes arrivés au collège. Jungle, j’ai manqué de pleuré tellement de fois que j’ai arrêté de compter. J’ai apprit que les humains étaient des animaux, des barbares. J’ai apprit que je ne pouvais pas faire confiance à mes semblables et que j’étais mieux dans mon coin, à garder mes émotions, à ne pas me mêler à la foule. Je n’aime pas la foule. Des classes pleines d’élèves insupportables hurlant comme des dégénérés pendant les cours d’Espagnol et se tapant dessus à coup de flute à bec, je suis arrivée au Lycée, toujours seule, toujours considérée comme la bizarre, l’étrange. A force, je pense que certaines avaient fini par oublier ma présence. Et les autres me prenaient pour une espèce de snob à grosse tête qui se croyait trop bien, trop intelligente, pour me fondre dans la masse. Peut-être qu’au fond, c’était un peu vrai…

J’ai fêté mes 18 ans seule. Comme tous les autres anniversaires. J’avais quelques « amies » mais je me moquais éperdument de leur sort, de leurs opinions, de tout ce qui se rattachait de près ou de loin à leur existence encore plus triste que la mienne. Agir d’une certaine façon parce que c’est ce qu’on est censé faire, j’ai toujours trouvé ça stupide. Boire parce qu’il le faut, sortir pour ne pas être seule, coucher pour ne pas être une paria, mentir pour se rendre plus intéressante… Très peu pour moi, je préfère ma vieille solitude, elle ne me tient pas chaud la nuit mais au moins, elle ne me trahie pas. J’ai eu mon bac du premier coup, comme environ 80% des élèves de filière générale. J’ai eu mon bac et j’ai voulu me tirer. J’ai dit non à l’université de Rennes, prétextant un goût trop prononcé pour les grèves et j’ai mis les voiles. Paris III, j’ai tenu un semestre, j’ai commencé à sortir, je me suis perdue et j’ai comprit pourquoi depuis si longtemps je restais loin de tous, loin de tout. Les gens me débectent, ils sont sales et puants, les filles ont des rires de pintades, les garçons ont les mains baladeuses. Je hais tout ça, j’ai envie d’ailleurs mais ailleurs, ça sera pareil. Après 8 mois à chauffer un banc de fac, je suis rentrée, j’ai prit du temps pour moi. Excuse servit aux parents pour ne rien faire, pour chercher un peu de sens… Ce n’est pas en restant à Rennes que j’allais trouvé alors je me suis barrée un peu plus loin, sans prévenir, sans me poser de question. Un sac jeté dans la voiture, les clés, le contact, une engueulade avec mon frère et puis c’est tout. Je suis revenue deux semaines plus tard, pour repartir presque aussitôt, seule encore. Je ne sais pas ce que je fous, je ne suis personne, je n’ai pas de vie, pas d’attache, je suis juste entrain de dériver… Si je m’approche du bord de la falaise, ce n’est pas pour voler, si je veux tomber c’est parce qu’avancer sans but, c’est pire que de reculer.

Vain-temps, bientôt vingt et un. Perdue, paumée, sans capacité, faible et trop blasée, torturée sans maux apparent, souffrant juste du mal de sa génération. Je ne suis qu’un visage de plus, quoi qu’on en dise. Alors, vous tenez toujours à entendre ce qui me sert d’histoire ? D’absence d’histoire, plutôt…»


Évolution : « Dis moi, quand tu seras grande, qu’est-ce-que tu veux faire ? » • A cette question, Maïween pourrait répondre ‘vivre’. Parce que ni plus ni moins, elle n’attend que ça, commencer à vivre, à respirer pour quelque chose. Elle a peut-être trop peur de se lancer, de tomber et de ne pas avoir la force et la motivation pour se relever… C’est ça, d’être seule et de s’y tenir. Elle devrait peut-être apprendre à s’ouvrir aux gens, à parler sans que ça lui coûte un effort, à avoir confiance. Elle devrait peut-être oublier les traumatismes inexistants qui pourtant la secoue, elle devrait aussi trouver sa voix et arrêter de se croire bonne à rien. Elle devrait surtout apprendre à gérer cette colère constante qui parfois jaillit de son corps frêle…

Avatar : Mademoiselle Jeisa CHIMINAZZO ♥
RP Test :
Spoiler:
 



Dernière édition par Maïween Kerfellec le Dim 13 Mar - 17:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Hey mais c'est
Alyss Faurel

Administratrice

▌Messages : 227
▌Date d'inscription : 31/12/2010
▌Age : 27
▌Localisation : Bretagne

Avis de recherche
Age : 22 ans
Lieu d'habitation: Cannes
Points d'expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE   Dim 13 Mar - 15:19

Bonjour, et bienvenue parmi nous ! Very Happy ²

Rien à signaler pour le moment, je valide le code et j'attends la suite de ta fiche avec impatience Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revia-rpg.forumactif.com/forum.htm
avatar


Hey mais c'est
Maïween Kerfellec


▌Messages : 23
▌Date d'inscription : 13/03/2011
▌Age : 27
▌Localisation : Aix-En-Provence

Avis de recherche
Age : 20 ans
Lieu d'habitation: Rennes
Points d'expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE   Dim 13 Mar - 17:39



    Fiche Terminée Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Hey mais c'est
Alyss Faurel

Administratrice

▌Messages : 227
▌Date d'inscription : 31/12/2010
▌Age : 27
▌Localisation : Bretagne

Avis de recherche
Age : 22 ans
Lieu d'habitation: Cannes
Points d'expérience:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE   Dim 13 Mar - 20:10

C'est paaaaaarfait Very Happy Je valide Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revia-rpg.forumactif.com/forum.htm
avatar


Hey mais c'est
Maïween Kerfellec


▌Messages : 23
▌Date d'inscription : 13/03/2011
▌Age : 27
▌Localisation : Aix-En-Provence

Avis de recherche
Age : 20 ans
Lieu d'habitation: Rennes
Points d'expérience:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE   Dim 13 Mar - 20:13



    Haaaaan, super o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hey mais c'est
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: • • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE   

Revenir en haut Aller en bas
 

• • Maïween ϟ Dehors, derrière mes barreaux, j'ai vu cent milles oiseaux... || DONE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lanneg Krazenn, la lande oubliée :: Là où tout commence :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: